Utiliser l’intelligence artificielle pour lutter contre la pandémie de la COVID-19 ? C’est le tour de force réalisé cet automne par l’entreprise montréalaise IVADO Labs avec le projet CargO2ai, réalisé en partenariat avec CargoM, Scale AI, le Port de Montréal, Termont et MGTP.

 

Une expertise hors du commun

Fondée en 2017, la start-up IVADO Labs a développé une expertise unique : l’intelligence artificielle appliquée à la chaîne d’approvisionnement. « Ce qui nous distingue, c’est qu’on se spécialise dans un mariage entre l’intelligence artificielle et la recherche opérationnelle. », nous dit Serge Massicotte, président-directeur général d’IVADO Labs. L’entreprise propose des solutions novatrices à une question qui se pose depuis des décennies : comment optimiser le mouvement des marchandises ?

Pour mobiliser son expertise, IVADO Labs rassemble des intervenants de plusieurs horizons : professeurs d’université, chercheurs, scientifiques, ingénieurs logiciels et informatiques, ainsi que consultants d’affaires. Les efforts communs s’assurent que les nouvelles technologies développées par des firmes spécialisées ou des universités soient transférées vers les entreprises du secteur logistique.

« On est une grosse équipe, mais très efficace » dit Serge Massicotte. « Nos intervenants connaissent bien la chaîne d’approvisionnement et sont au courant des plus récents développements. Ils nous permettent d’identifier les besoins en partenariat avec les clients. C’est ce qui fait notre force. » De son côté, Serge Massicotte a une feuille de route de 25 ans en technologie appliquée à la chaîne d’approvisionnement. Diplômé de l’université Laval, il dirigé JDA Software, plus grande entreprise privée au monde d’optimisation informatique des chaînes d’approvisionnement.

 Carnet2020 ivadolabs serge massicotte 
Serge Massicotte, président-directeur général d'IVADO Labs, et David Lederhendler, directeur de projet

 

Une aiguille dans une botte de foin

Avec cette expertise scientifique, l’entreprise se lance en pleine pandémie de la COVID-19 dans un défi de taille : sortir le matériel critique en un temps record du Port de Montréal. « On voulait pouvoir identifier les conteneurs qui ont du contenu critique, comme des masques, du matériel de protection, du désinfectant » dit David Lederhendler, directeur de projet. Comment s’assurer que ce matériel dont les équipes de la santé ont besoin ne se retrouve pas pris dans des retards d’approvisionnement, entraînant des conséquences graves ? « Concrètement, on cherchait à réduire le délai d’identification et de traitement du conteneur de manière significative. »

Pour le faire, l’équipe doit réussir à percer la complexité de la chaîne logistique. Au Port de Montréal « porte d’entrée stratégique du Québec et du Canada », les centaines de milliers de conteneurs qui transitent chaque année sont chargés de produits, de toute sorte : des crevettes, des iPads, des souliers, des clémentines ou des décorations de Noël… « C’est comme sortir une aiguille d’une botte de foin », nous dit Serge Massicotte.

À cela s’ajoutent l’ensemble des partenaires logistiques œuvrant sur le port (deux opérateurs de terminaux, six lignes maritimes, deux compagnies de chemin de fer, une multitude de compagnies de camionnage), ou encore l’état du trafic, qui influencent les délais d’acheminement et de livraison. « Il y a beaucoup d’incertitude dans la chaîne d’approvisionnement. Nous n’avons pas toujours le contrôle. », poursuit David Lederhendler.

 

Un outil de nouvelle génération à portée humanitaire

Après avoir passé quelques mois à travailler avec le Port et cerner cet environnement complexe, les résultats ont été au rendez-vous : la solution CargO2ai a été réalisé en 12 semaines. « Nous avons créé un algorithme qui permet d’identifier rapidement certaines marchandises ciblées », et ce, dès que les marchandises quittent leur port d’origine dans certains cas. Pour cela, le système utilise le processus de langage naturel, tout en croisant les informations textuelles et contextuelles pour gagner en précision.

Aujourd’hui, le système bat son plein parmi les différents intervenants de la chaîne logistique. Cependant, l’équipe d’IVADO Labs voit plus grand. « Il y a un intérêt pour ce produit au niveau international. La contribution n’est pas seulement locale », nous dit Serge Massicotte. Ainsi, au-delà du contexte dans lequel il est né, le système CargO2ai pourrait voir son utilisation étendue à d’autres régions et d’autres types de produits, comme des denrées agro-alimentaires en demande, des composantes spécialisées ou des matières dangereuses.

 

CargO2ai a été récompensé d’un prix Jalon de la mobilité dans la catégorie Logistique urbaine.

';