Six terminaux desservis par un réseau intégré de pipelines font de Montréal un port important pour le vrac liquide. Les grandes pétrolières y transbordent essence, mazout, gazole, naphte et kérosène. D’autres postes à quai reçoivent divers produits fertilisants, alimentaires et chimiques.