Protéger la faune

Plusieurs espèces à statut particulier se trouvent sur le territoire du Port de Montréal. Voici nos actions pour les protéger et les mesures de compensations posées.

Le chevalier cuivré est le seul poisson qui ne se trouve qu’au Québec. Celui-ci vit dans les herbiers des zones peu profondes autour des archipels du fleuve Saint-Laurent et dans les lacs fluviaux comme le lac Saint-Pierre et le lac Saint-Louis. Ces herbiers sont riches en gastéropodes, qui constituent 90 % de leur alimentation. Les frayères connues sont situées au pied du barrage de Saint-Ours et dans les rapides de Chambly, dans la rivière Richelieu. Une fois éclos, les alevins de chevaliers cuivrés trouvent refuge et nourriture dans les herbiers le long de la rivière. Les études menées depuis le début des années 1990 montrent que le chevalier cuivré éprouve de la difficulté à se reproduire en milieu naturel et que la population est vieillissante. Afin de compenser l’impact du projet de terminal à conteneurs à Contrecœur sur son habitat, l’APM envisage la mise en place d’un projet d’amélioration de la qualité de l’eau du bassin versant de la rivière Richelieu, l’implantation d’herbiers dans le secteur de Contrecœur, la participation à un programme de recherche sur la reproduction assistée ainsi que la participation à un programme d’éducation sur le chevalier cuivré destiné aux utilisateurs du fleuve.

L’hirondelle de rivage, dont les sites de nidification sont protégés, est la plus petite hirondelle d’Amérique du Nord. L’APM s’implique dans plusieurs projets pour protéger son habitat. Entre autres, elle a aménagé en 2019, de concert avec le Grand Conseil de la nation Waban-Aki, trois nichoirs artificiels en béton et en sable à Contrecœur, et compte en aménager trois autres en 2020. À terme, ces nichoirs cumuleront un potentiel de 1200 terriers disponibles pour la nidification. Les biologistes impliqués dans le projet ont été très impressionnés par la rapidité à laquelle les hirondelles se sont approprié les nichoirs mis à leur disposition en 2019.

Un nichoir à hirondelle de rivage a également été installé à la section 110, dans l’est de Montréal, en collaboration avec l’OSBL ZIP Jacques-Cartier dans le cadre du Fonds d’Action Saint-Laurent (FASL), auquel contribue financièrement l’APM. Toujours à travers le FASL et la participation de la ZIP Jacques-Cartier, quatre nichoirs à hirondelle noire seront installés en 2020 sur les grandes battures Tailhandier aux îles de Boucherville. 

La rainette faux-grillon de l’Ouest est l’une des plus petites espèces d’anoures du Québec. L’espèce est rare et les effectifs sont actuellement faibles. Des études réalisées par les organismes gouvernementaux depuis les années 1990 ont confirmé qu’elle a perdu près de 90 % de son aire de répartition historique en Montérégie où elle était présente en abondance dans les années 1950. Dans l’élaboration de son projet de terminal à conteneurs à Contrecœur, l’APM a tenu compte de la rainette faux-grillon de l’Ouest pour que les activités n’empiètent pas sur son habitat. Même si les aménagements seront situés très loin de son habitat, l’APM a prévu mettre en place plusieurs mesures d’atténuation à titre préventif.

Oiseau de proie reconnu pour son vol rapide, le faucon pèlerin recherche des sites élevés pour se nicher. Plusieurs sites de nidification ont été observés sur des structures du Port de Montréal. Afin de contribuer à protéger l’espèce, l’APM effectue des suivis de nidification et adapte les échéanciers de ses travaux de manière à minimiser les impacts.

Le Petit Blongios, le plus petit héron de l’hémisphère occidental, a comme habitat naturel les marais à végétation dense. Des sites de nidification se trouvent sur les îles de Boucherville qui sont sous la gestion administrative de l’APM. Soulignons qu’en avril 2019, l’APM s’est engagée à collaborer avec Environnement et Changements climatiques Canada afin de désigner ces îles comme réserve nationale de faune.

Préserver les espaces verts

L’APM s’est engagée à planter 2000 arbres d’ici 2024 pour le renforcement de la canopée sur le territoire montréalais dans le cadre d’une initiative du comité des leaders en verdissement de Montréal, dont l’APM fait partie depuis l’été 2018. Elle a déjà planté plus de 700 arbres au cours des dernières années.

Grand Quai

Après une formidable cure de rajeunissement, le Grand Quai du Port de Montréal a été inauguré le 3 juin 2018. Anciennement connu sous le nom jetée Alexandra, le site a été rénové et bonifié, avec des changements importants quant à sa mission et sa place au cœur de l’espace urbain. L’aménagement du toit vert et de la plaine gazonnée a permis de remplacer des surfaces autrefois bétonnées et dépourvues de végétation par des surfaces végétalisées. L'APM s'est vu décerner le prestigieux prix Corps public au Gala de reconnaissance en environnement de Montréal pour ce projet, grâce à son impact positif en termes de développement durable, ses aménagements paysagers, son système d'électrification à quai et sa démarche de rapprochement avec la communauté.

Autrefois propriété du Port de Montréal, le parc de la Promenade-Bellerive a été cédé à la ville en 1964. Aujourd’hui, il s’agit d’un vaste espace vert de 2,2 km en bordure du fleuve Saint-Laurent, traversé par une piste cyclable, d’un sentier et de points de vue sur le fleuve et les îles de Boucherville.

De plus, chaque année depuis 2011, des employés de l’APM participent au nettoyage des berges du parc, organisé par Fednav dans le cadre du Grand nettoyage des rivages canadiens.

Peu de gens le savent, mais l’APM administre huit îles de l’archipel des îles de Boucherville, ainsi que l’île Verte. Cinq d’entre elles — les îles Dufault, Lafontaine, Montbrun, Tourte Blanche et les grandes battures Tailhandier — ont fait l’objet d’un programme intensif de réhabilitation des habitats pour le poisson. Au total, plus de 28 hectares d’habitat de qualité pour les poissons ont été aménagés pour faciliter leur reproduction, leur circulation et leurs conditions de vie. En avril 2019, l’APM s’est engagée à collaborer avec Environnement et Changement climatique Canada afin de désigner ces îles comme réserve nationale de faune.

En savoir plus

Qualité de l'eau

Séparateurs hydrodynamiques

Dans le but de réduire les rejets au fleuve des matières en suspension et des hydrocarbures, 19 séparateurs hydrodynamiques faisant office de système de traitement des eaux pluviales ont été installés à ce jour sur le territoire de l’APM.

Fonds d’action Saint-Laurent

L’APM soutient financièrement cet organisme favorisant la conservation des écosystèmes et de la biodiversité du fleuve Saint-Laurent et de son golfe. Quatre projets ont été choisis par l’APM, visant notamment la préservation de colonies d’hirondelles noires, la restauration et de conservation de milieux humides, le contrôle du roseau commun et la mise en valeur de la ZICO de la Réserve nationale de faune des îles de Contrecœur.

Qualité de l'air

En 2017, l’APM a implanté un système d’alimentation électrique à son terminal de croisières et des systèmes de branchement à quai pour les navires-hivernants, afin d’alimenter ceux-ci d’une énergie plus propre pendant leur séjour. L’installation d’un système d’alimentation à quai, en plus de représenter un avantage concurrentiel, permet de limiter de façon significative l’empreinte écologique. En effet, elle permet aux navires de croisière et aux navires hivernants d’arrêter leurs moteurs lorsqu’ils sont amarrés, tout en maintenant les systèmes de climatisation, de réfrigération et de sécurité ainsi que les services, pendant la durée du séjour (en moyenne de 10 heures pour les navires de croisière). Cette nouvelle technologie entraîne donc une réduction du bruit, des vibrations, des émanations de fumée et des émissions de GES provenant des gaz de combustion des moteurs diesel à hauteur d’environ 5 tonnes de GES évitées à chaque branchement. En 2019, plus de 1350 tonnes de GES ont été évitées et on estime que 2800 tonnes de GES par année pourront être évitées à terme. Compte tenu de son alimentation par Hydro-Québec, notre système offre une solution propre (sans comparatif au niveau international) en utilisant une énergie renouvelable.

Lire le communiqué de presse

Voir la vidéo 

En mai 2017, le port de Montréal est devenu le premier port au Canada à offrir le service d’avitaillement en gaz naturel liquéfié (GNL) à quai par camion pour les navires commerciaux. Un total de 5 navires bicarburation/GNL du Groupe Desgagnés se sont avitaillés en 2019 aux installations du port de Montréal. Le nombre d’avitaillements en gaz naturel liquéfié (GNL) est passé de 4 en 2017 à 42 en 2019. Les 74 avitaillements en GNL effectués en moins de trois ans ont permis d’éviter l’émission de 21 000 tonnes de GES.

Lire le communiqué de presse

Un inventaire des GES et des contaminants atmosphériques à la grandeur du territoire portuaire (Montréal et Contrecœur) a été complété en 2010 et 2017 à l’aide de l’outil développé par Transport Canada pour les ports et dont l’Alliance verte a obtenu la licence pour ses membres. Quelque 10 opérateurs de terminaux ont participé à cet inventaire. Les résultats de cet inventaire peuvent être consultés dans le rapport annuel de développement durable sur notre site web. Quant à l’intensité des émissions de GES propres à l’APM par tonne de marchandise manutentionnée, elle est en constante diminution depuis maintenant 7 ans. Depuis l’année témoin 2007, elle a baissé de 45 %, soit une réduction moyenne de près de 4 % par année.

 Consultez les résultats de l'inventaire

Valorisation des sols

En 2015, le Port de Montréal a mené un projet de valorisation des sols au moyen d’un traitement de stabilisation et solidification (S/S), dans le cadre du réaménagement du secteur Viau du Port de Montréal.

En savoir plus

Réduire les sources de pollution

Émissions de GES

  • Véhicules hybrides

La flotte de véhicules de l’APM est désormais composée presque exclusivement de véhicules hybrides.

  • Locomotives nouvelles générations

Les locomotives de l’APM ont été remplacées par des locomotives de nouvelle génération à génératrices multiples qui réduisent les émissions de GES de près de 30 %.

  • PORTail de camionnage

L’APM a développé une application web et mobile pour optimiser les itinéraires des camions à destination et en provenance des terminaux du port de Montréal et, au final, réduire l’empreinte environnementale du port. Cet outil affiche en temps réel le temps de traitement des camions sur le territoire portuaire afin que les conducteurs et les répartiteurs puissent choisir en connaissance de cause leur trajet sur le port, mieux planifier leur itinéraire vers les terminaux, éviter les embouteillages et gagner du temps, tout en réduisant les gaz à effet de serre (GES) liés au camionnage. Depuis 2019, cet outil a été raffiné et utilise maintenant l’intelligence artificielle pour fournir de façon prédictive sur 24 heures les temps d’attente des camions. Une première évaluation des effets bénéfiques de cette initiative est une réduction de 6 minutes dans le traitement total des camions (de l’entrée au port à la sortie du port), soit une réduction de plus de 200 tonnes de GES annuellement par rapport à 2018, et ce, malgré une croissance de 8 % du nombre de camions venant au port par rapport à 2018.

Pour accéder au PORTail : PORTail du camionnage.

 

Bruit et éclairage

  • Installation d’alarmes de recul à large bande (bruit blanc)

Afin de diminuer les nuisances sonores occasionnées par les activités de manutention des conteneurs, des alarmes à bruit blanc ont remplacé les alarmes de recul sonores des équipements sur les terminaux, ainsi que sur les véhicules de service de l'APM. Contrairement aux alarmes traditionnelles, qui impliquent un niveau sonore à tonalité aiguë, les alarmes de recul à bruit blanc emploient une large bande de fréquences. Les alarmes de recul à bruit blanc ont une sonorité plus douce à l’oreille qui se dissipe rapidement. Le son n’est audible que dans la zone de sécurité. Moins de bruit, tout en garantissant la sécurité des travailleurs.

  • Interdiction d’effectuer des travaux bruyants et d’éclairer certaines zones du Port de Montréal après 19 h

  • Niveau des avertisseurs sur les équipements de manutention réglé au minimum sécuritaire sur les terminaux

  • Optimisation de l’éclairage et réduction de la pollution lumineuse sur les terminaux à conteneurs, en exigeant des spécifications techniques précises sur les composantes de luminaires afin d’assurer un éclairage ciblé tout en étant sécuritaire

  • Graisseurs biologiques sur la voie ferrée dans le Vieux-Port pour réduire le bruit des convois ferroviaires

 

Programme de recyclage et de valorisation des matériaux

 

Implication dans divers comités et soutien de plusieurs organismes environnementaux

En 2007, le Port de Montréal s'est joint à des membres de la communauté maritime pour fonder l’Alliance verte, une initiative de l’industrie maritime du Saint-Laurent et des Grands Lacs, qui vise à guider l’industrie maritime vers l’excellence environnementale. Sa mission est de rendre le mode de transport le plus vert encore plus vert et durable.
 
Le Port de Montréal est aussi impliqué dans les comités suivants :
  • AAPC (Association des Administrations portuaires canadiennes)
  • Collectif responsabilité sociétale d'entreprise du CPEQ
  • CCN (Comité de Concertation sur la Navigation)
  • Comité Stratégie St-Laurent
  • Comité sur la gestion intégrée du dragage et des sédiments
  • Comité de concertation ZICO de la RNF des îles de Contrecœur
  • Comité de développement durable de l’APM
  • Comité ZIP (zone d’intervention prioritaire) Jacques-Cartier
  • Conseil stratégique de la Table de concertation régionale (TCR) du Haut-St-Laurent et du Grand Montréal
  • Initiative pour l'avenir des grands fleuves