Épices de cru, c’est avant tout une histoire vivante de voyages, de bonne nourriture et de rencontres. Ethné et Philippe de Vienne, partenaires dans la vie comme en affaires, avaient leur entreprise de traiteur et parcouraient le monde à la recherche de nouvelles saveurs. En revenant à la maison, les bagages remplis d’épices colorées et de thés parfumés, ils revendaient leurs surplus à leur entourage. Un beau jour, de bienveillants amis leur ont fortement conseillé d’en faire quelque chose de plus officiel : Épices de cru était née.

C’est leur premier passage à l’émission de télévision À la di Stasio qui a véritablement largué les amarres de leur carrière dans le commerce des épices : « Ça a eu un effet boule de neige ! », nous expliquent Ethné et Philippe. « Le téléphone a sonné pendant deux semaines. » Les créateurs ont alors réalisé qu’ils répondaient à un véritable besoin d’exploration chez les gens, d’abord du Québec et ensuite d’ailleurs dans le monde.

Nourrir les conversations

La cuisine et ses épices connectent les gens et les cultures. Le couple se rappelle ses premières années au marché Jean-Talon, où les clients lui racontaient les effets de telle épice sur leur entourage ou qu’ils venaient au marché autrefois avec leurs parents pour acheter des poulets vivants ! Depuis les débuts de la métropole, le Port fait de Montréal une ville ouverte, curieuse et remplie d’histoires à raconter autour d’un bon mijoté.

Montréal, ville gastronomique

Grâce au Port, les Québécois, et particulièrement les habitants du Grand Montréal, peuvent goûter aux 1001 saveurs du monde. Vous n’avez qu’à marcher dans les différents quartiers urbains ou magasiner votre repas en ligne pour constater la richesse culinaire qu’offre la métropole. Indienne, asiatique, méditerranéenne, afghane, française… Quelle que soit votre envie du moment, vous retrouverez une cuisine traditionnelle savoureuse grâce aux aliments et aux épices amarrés au Port de Montréal. Dans le cas d’Épices de cru, ce sont près de 400 épices et mélanges qui sont offerts partout dans la province et même à l’international !

“Grâce au Port, les Québécois, et particulièrement les habitants du Grand Montréal, peuvent goûter aux 1001 saveurs du monde.”

Mettre son nez dans les épices des autres

Pour les néophytes qui désirent intégrer une ou plusieurs nouvelles épices à leur cuisine, ne perdez pas votre temps précieux à analyser les étiquettes, nous racontent les experts. Leur conseil ? Les sentir, tout simplement ! Il n’y a rien de plus efficace ue notre propre nez pour savoir si une épice nous plaît ou non. « Les gens ont la capacité de décider par eux-mêmes ce qu’ils aiment. »

Alors, la prochaine fois que vous vous sortirez le nez dehors pour apprécier l’air parfumé du fleuve Saint-Laurent au Port de Montréal, faites un détour par l’un des 100 points de vente d’Épices de cru pour y découvrir votre nouveau mélange d’épices préféré !

 
25

C’est l’âge « approximatif » d’Épices de cru, puisque les propriétaires Ethné et Philippe de Vienne ont commencé le commerce d’épices bien avant la création de leur entreprise. Chasseurs d’épices par passion et pour aromatiser les plats de leur entreprise de traiteur, ils vendaient leurs surplus sans savoir qu’ils étaient en train de créer quelque chose de plus grand. Sous les conseils avisés de leurs amis, ils ont finalement créé la marque qui maintenant éveille les sens et stimule les papilles partout dans le monde.

Épices de quartier

Saviez-vous qu’Épices de cru a créé le « Mélange Petite-Italie » en l’honneur de la cuisine des immigrés italiens en Amérique du Nord ? Ses ingrédients : piment, marjolaine, ail, basilic, persil, sauge et romarin. Un mélange passe-partout qui avive la nostalgie associée aux plats réconfortants des grands-mères italiennes !
S’ils faisaient l’exercice pour le Plateau Mont-Royal, ils hésiteraient entre le « Rub de Montréal » (originellement pensé pour le fameux smoked meat montréalais) et les poivres de toutes sortes.

4

Quatre pays d’Europe sont particulièrement friands des épices de la compagnie montréalaise : celle-ci exporte en Angleterre, en Suisse, en Allemagne et en France; le tout à partir du Port de Montréal.

Berbéré éthiopien, svp !

Le mélange qui surprend par sa popularité est le « Berbéré éthiopien ». À noter qu’il n’y a aucun lien avec les Berbères d’Afrique du Nord ! Une fois, nous racontent les propriétaires en riant, on a essayé de les copier, mais l’entreprise avait par erreur écrit « Berbère éthiopien » sur l’étiquette. Comme quoi il vaut mieux faire affaire avec de vrais connaisseurs…

10

Chaque année, ce sont près de 10 tonnes d’épices, à raison de 3 à 4 conteneurs, qui s’amarrent au Port de Montréal. Cela représente le poids d’environ 120 hommes… ou de 2 éléphants mâles d’Afrique ! On peut dire que les Québécois ont la piqûre des épices depuis toujours, et la proximité du Port a certainement un rôle à jouer dans cette ouverture sur le monde.

400

Saviez-vous qu’Épices de cru compte plus de 400 épices dans son garde-manger ? L’entreprise propose notamment des mélanges d’épices, de sels, de thés, d’herbes, de sauces et d’autres assaisonnements de tous genres qui plairont à tous les goûts.

Vous êtes une PME ? Le Port peut vous aider !

Partenaire d’affaires d’Épices de cru, découvrez comment le Port de Montréal peut devenir un levier économique important au sein de votre entreprise.

Ancrés dans votre quotidien

Des centaines d’entreprises locales collaborent de manière quotidienne avec le Port de Montréal pour rapprocher les gens de leurs services ou produits préférés. Mais qui sont ces différents acteurs qui accomplissent tous les jours ce travail colossal ? Découvrez quelques-uns de nos complices ici.  

L’innovation selon Daniel Olivier

Notre directeur de la veille stratégique et de l’innovation, Daniel Olivier, vous fait part du plan de modernisation technologique visant à accroître l’efficacité du Port dans une optique de développement durable.
 

Chocolats AVANAA

Découvrez la révolution chocolatée de Catherine Goulet qui contribue à l’économie locale en soutenant des fermiers de cacao à des milliers de kilomètres !