Commercer avec le monde

Samajam encore et toujours


 

Samajam adopte l’école Irénée-Lussier pour offrir aux enfants une immersion dans le monde de la musique, avec l’aide du Port de Montréal.

Gabrielle, l’héroïne du film portant son nom, aurait pu se trouver dans la salle, au milieu des jeunes musiciens qui faisaient résonner leur djembé avec allégresse. En ce 25 mars, l’école Irénée-Lussier lançait sa participation au projet PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE SAMAJAM avec tambour et bonne humeur !

Cette école, située sur la rue Hochelaga près du boulevard Pie IX, dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, accueille des élèves de 12 à 21 ans présentant une déficience intellectuelle.

Quant au projet Samajam, il sert à développer chez les jeunes l’estime de soi, le sentiment d’appartenance envers leur école et leur communauté ainsi que le goût de l’apprentissage. Son outil : la musique. Plus d’une centaine d’enfants de l’école Irénée-Lussier suivent des sessions hebdomadaires de percussions, de danse, de chant et de musique, qui culmineront en un grand spectacle de fin d’année.


 

Le projet enthousiasme Gérald Gauthier, le directeur de l’école : « La musique touche particulièrement les enfants qui ont une déficience intellectuelle. Ils ont une très grande sensibilité, ils sont très près des émotions viscérales. Comme on dit, la musique nous prend aux tripes. Dans leur cas, c’est doublement vrai. » La musique étant une forme de communication, elle vient au secours des jeunes qui ont des difficultés à communiquer verbalement.

Dans l’école, il y a aussi des élèves qui ont des problèmes plus ou moins aigus de surdité. Ceux-ci sentent la résonance des djembés, les notes basses, et cette nouvelle communication avec l’extérieur est merveilleuse pour eux.


Sophie Roux, directrice des communications
au Port de Montréal, a participé au
lancement de Samajam à l'école
Irénée-Lussier.

Le Port de Montréal est fier partenaire du projet Samajam depuis quatre ans déjà. « Nous croyons qu’il est important de contribuer au bien-être de nos communautés voisines. Encourager la persévérance scolaire, c’est un axe clé de notre programme d’investissement communautaire. On contribue ainsi à l’employabilité et à la relève de demain », a déclaré Sophie Roux, directrice des communications du Port de Montréal, qui a assisté au lancement du projet.

Le projet Samajam est aussi implanté dans une autre école de la communauté voisine du port, l’école St-Clément.

Grâce notamment à l’appui continu du Port, le projet PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE SAMAJAM a affiché une importante croissance en quatre ans : le nombre d’enfants rejoints par le programme est passé de 200 à 2 900 ! Ce projet est maintenant reconnu comme un modèle d’intervention pour la réussite scolaire partout au Québec.

Le fondateur de Samajam, Louis Bellemare, est un homme engagé doté d’une grande énergie créatrice. « Depuis ses débuts, le projet PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE SAMAJAM nous a séduits avec son modèle musical novateur pour lutter contre le décrochage scolaire dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Nous sommes fiers de cette quatrième année de partenariat avec Samajam, parce que ses bienfaits auprès des jeunes sont concrets et ne cessent de nous émerveiller », conclut Sophie Roux.

On a hâte d’assister au spectacle de fin d’année !

Visitez le site de Samajam