Commercer avec le monde

Une nacelle allemande pour réparer les quais

Il y a parfois des travaux de réfection qui se réalisent plus facilement à partir de la terre ferme. C’est pourquoi le Port de Montréal a fait l’acquisition l’an dernier, d’une nouvelle nacelle faite sur mesure pour nos besoins.

L’équipe de Denis Labrèche assignée à la réfection de la couronne du quai M6 a le cœur à l’ouvrage, en cette belle journée du 21 juin. La nacelle triarticulaire facilite grandement leur travail. Elle est signée Moog, une entreprise allemande réputée pour ses appareils de mouvements de précision, qui se retrouvent même dans l’espace.

La nacelle Moog assure une stabilité parfaite, avec sa plateforme reliée à un bras solide, lui-même bien ancré à une remorque posée sur le quai. Cette remorque procure en outre à la nacelle une autonomie de déplacement. Le bras vertical glisse sur une structure de métal, ce qui permet d’élever ou d’abaisser jusqu’au niveau de l’eau la plateforme de travail.

Ladite plateforme est assez grande pour accueillir plusieurs ouvriers à la fois, et elle est dotée d’une boîte de contrôle des mouvements du bras élévateur. « Avant, on utilisait un support instable ou encore la barge, qui bougeait au gré des vagues. La nouvelle nacelle permet de travailler plus vite et plus efficacement », dit Denis Labrèche, contremaître aux travaux civils du Port de Montréal.

Sylvain Bouchard et Martin Vincent, techniciens en bâtiment, apprécient la nacelle Moog. «Avant, on était coincé dans un panier de deux pieds par six, qu’il fallait constamment déplacer, dit Sylvain. Maintenant, on est plus à l’aise et on peut travailler à deux. » Martin apprécie aussi l’espace offert par la nouvelle nacelle; elle lui permet d’avoir les coudées franches : « Le secret d’un travail bien fait c’est de pouvoir se positionner à la bonne hauteur et à la bonne distance. »


Denis Labrèche, contremaître aux travaux civils du Port de Montréal