Commercer avec le monde

Trafic réglementé dans les eaux du port

On ne rigole pas avec la sécurité aquatique; dans les eaux du port, les navigateurs de plaisance doivent respecter les règles du jeu.


Sylvain Turcotte et les équipes des travaux civils et de la flotte du Port de Montréal
s'affairent à installer de nouveaux panneaux pour rendre les règlements du port
accessibles à tous.

En août et en septembre dernier, les équipes des travaux civils et de la flotte du Port de Montréal s’affairaient à installer de nouveaux panneaux d’information sur les murs des quais du port. Le message est clair et net : il est interdit aux plaisanciers de se baigner, de pêcher à partir d’une embarcation et de jeter l’ancre dans certaines zones des eaux du port de Montréal.

Si l’amende est salée – 5 000 $ –, ce n’est pas pour exploiter indûment les fautifs, mais bien pour décourager quiconque de contrevenir au règlement. Autrement dit, pour protéger tous les navigateurs. En effet, le danger d’accident est réel, en raison du trafic des gros navires de marchandises et de passagers.

Pourquoi, croyez-vous, les bateaux ne doivent-ils en aucun cas s’approcher à moins de 30 mètres d’un navire en mouvement ? C’est parce qu’un gros navire ne peut pas ralentir, encore moins freiner sur une courte distance. Outre la possibilité d’une collision, il y a aussi le danger de succion. Ce phénomène s’explique ainsi : quand un gros navire avance, il déplace des masses d’eau devant lui. Ce déplacement crée un vide momentané sur les côtés du navire. Comme la nature a horreur du vide, les eaux à proximité des parois du navire sont attirées vers ce dernier. Un petit bateau léger qui s’y trouve risque d’être emporté par cet effet d’aimant et de se fracasser sur le gros navire.

Pour ne pas nuire au passage des gros navires et pour éviter les collisions, la pêche à partir d’une embarcation est interdite à moins de 100 mètres de tout quai ou navire.

Dans le même ordre d’idée, il est interdit de se baigner dans certains secteurs. Cela va de soi, croyez-vous ? « Il est bel et bien arrivé que le bateau d’excursion Cavalier Maxim, d’AML, ainsi que de gros paquebots aient été retardés par des baigneurs et des pêcheurs », confirme Stéfan Routhier, capitaine de port adjoint, section maritime.

Pour vous informer au sujet des règlements concernant les navires, petits et gros, qui sillonnent les eaux du port de Montréal, consultez le document des Pratiques et procédures, sur le site Internet du Port.