Commercer avec le monde

NOUVELLES MARITIMES

L’Association des employeurs maritimes adopte de nouvelles technologies

Près de 40 % des débardeurs travaillant au port de Montréal utilisent les technologies mobiles et du Web pour prendre connaissance des tâches qui leur sont assignées au jour le jour.


Manon Gervais, directrice, services TIC et centre de déploiement

« Cela n’est qu’un exemple parmi les nombreuses améliorations que l’Association des employeurs maritimes (AEM) est en train de mettre en place dans le domaine des nouvelles technologies », dit Manon Gervais, directrice, services TIC et centre de déploiement.

Les applications Web et mobiles permettent plus de souplesse dans la distribution des tâches. Les employés n’ont plus besoin de téléphoner ou de se rendre en voiture au centre de déploiement du port de Montréal pour recevoir leurs tâches quotidiennes. Qui plus est, les nouvelles tâches peuvent maintenant être annoncées dès 2 h, au lieu de 5 h, comme avant.

C’est l’AEM qui voit quotidiennement au déploiement des employés œuvrant dans le débardage au port de Montréal. Les améliorations technologiques évoquées plus haut font partie du plus important remaniement des programmes de déploiement en 40 ans.

Applications élaborées sur place

Le système informatique utilisé par l’AEM pour la gestion de la main-d’œuvre portuaire est composé essentiellement d’applications élaborées sur place. L’entretien et la mise à jour du système reposent donc essentiellement sur les connaissances des développeurs travaillant pour l’AEM.

L’été dernier, l’équipe des TIC de l’AEM a analysé un logiciel commercial de planification des horaires élaboré par Kronos, une maison spécialisée dans les systèmes de gestion automatisée de la main-d’œuvre. De concert avec les ingénieurs de Kronos, l’AEM a étudié la faisabilité de l’intégration des règles d’aménagement des horaires des conventions collectives des débardeurs et des vérificateurs du port de Montréal dans un programme informatique complètement nouveau.


 

Les résultats positifs découlant de cette étude ont permis à l’AEM d’envisager la mise sur pied d’un projet de migration en vue d’automatiser complètement la gestion de la main-d’œuvre portuaire. L’AEM s’est ensuite procuré une série de licences auprès de Kronos. Depuis février, elle travaille à la mise en place de ce nouveau système de gestion de la main-d’œuvre. Ce dernier offrira plus de souplesse et de fiabilité dans la planification quotidienne du déploiement de la main-d’œuvre, ce qui permet aux opérateurs de terminaux de gérer et d’ordonnancer leur main-d’œuvre du jour plus efficacement.

L’ancien système, qui prend en charge le déploiement quotidien de la main-d’œuvre, planifie les horaires de travail, répartit les tâches et traite les données relatives à la paie, a été reprogrammé de manière à tenir compte des nouveaux horaires de travail en vigueur depuis septembre dernier. La mise à niveau concerne aussi les nouvelles applications Web et mobiles, ainsi que les kiosques interactifs et les écrans d’information que l’AEM a installés en avril 2013 dans toutes les aires de repos des opérateurs de terminaux et dans le centre de déploiement, lequel est maintenant ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Avec ces kiosques, les débardeurs n’ont plus à faire la navette entre les terminaux afin de signifier leur disponibilité pour du travail supplémentaire et de se faire assigner leurs tâches.