Commercer avec le monde

VOISINS DU PORT

Pleine vue sur les navires !

Les résidents de la Cité-du-Havre n’ont qu’une rue à traverser pour toucher aux limites du Port de Montréal. Ils peuvent assister en direct aux opérations des navires amarrés à leurs pieds. 


André Harel et Claire Goyer

Difficile d’habiter plus près du Port de Montréal que Claire Goyer et André Harel. Attablés dans leur salle à manger, ils prennent le thé de quatre heures en regardant passer l’Oceanex Connaigra qui quitte le terminal Bickerdike en direction de Terre-Neuve.

La jetée s’étire tout le long des fenêtres de leur salon, de la salle de télé, de la chambre à coucher et même de la salle de bain. Avec, en toile de fond, la gare Iberville et le Vieux-Port. En prime, l’une des plus belles vues sur la silhouette de la métropole. La perspective qu’offre le condo de ces voisins du Port, au 6e étage d’Habitat 67, est remarquable !


Habitat 67 a d'abord accueilli des visiteurs  d'Expo 67.
Il compte aujourd'hui 158 unités privées qui comprennent
de un à quatre cubes de béton répartis sur 12 étages.

Une fois les enfants envolés du nid, en 2001, les Goyer-Harel ont déménagé dans cette curieuse structure de cubes de béton. Œuvre de l’architecte de renommée mondiale Moshe Safdie, Habitat 67 a été construit à l’occasion de l’exposition universelle Terre des Hommes, il y a près de 50 ans, sur la Cité-de-Havre, qui s’allonge au milieu du fleuve Saint-Laurent. Dans la résidence des Goyer-Harel, au sud comme au nord, les fenêtres ouvrent sur un paysage d’eau, une eau tellement omniprésente qu’on se croirait sur un navire !

« C’est apaisant, de regarder cette masse d’eau. On se croirait loin de la ville, alors qu’on en est tout près », dit André Harel. Claire Goyer aime aussi énormément le voisinage du fleuve et du Port : « Un bateau, ça ne fait pas de bruit. On entend parfois un bruit sourd, pas dérangeant. En hiver, quand les portes et les fenêtres sont fermées, on n’entend rien du tout. J’ai même été étonnée, lorsqu’on a déménagé ici, de ne pas être plus dérangée que ça! »


Moshe Safdie, architecte montréalais
de renommée internationale, a étudié
à l'Université McGill. Parmi ses réalisations:
le Musée des beaux-arts du Canada à
Ottawa, le Musée de la civilisation à
Québec, la bibliothèque de Vancouver et
de nombreux autres édifices, notamment
aux États-Unis et en Israël.

La jetée Bickerdike offre tout un spectacle à ses voisins. Elle est assez achalandée et en plus, les navires qui la visitent sont très diversifiés : il y a le CTMA Vacancier qui, l’été, transporte les touristes aux Îles-de-la-Madeleine. Puis, deux fois par semaine, il y a les navires marchands d’Océanex qui font la navette entre Montréal et Terre-Neuve, sans compter les navires qui transportent des marchandises diverses et surdimensionnées comme des poutrelles d’acier et des rails de chemin de fer. On y a même vu débarquer six locomotives d’un navire, l’an dernier! Vers l’est, les Goyer-Harel ont une vue imprenable sur tous les bateaux de croisière qui accostent à la gare maritime Iberville.

« On constate qu’il y a une reprise économique, car il y a beaucoup de va-et-vient depuis un certain temps », constate André Harel, comptable et fondateur d’Harel-Drouin, aujourd’hui intégrée à Mazars, firme située dans le Vieux-Montréal.


 

Quant à Claire Goyer, avant de prendre sa retraite, elle gérait sa galerie d’art à Outremont. « Quand ma mère est venue nous visiter, elle est restée longtemps assise sur le balcon, tellement c’est animé, sur les quais. »

 

Le soir tombe sur le Port et la ville s’illumine au-dessus des eaux sombres. Le spectacle continue. Pour Claire Goyer et André Harel, être voisins du Port, c’est presque comme être en voyage à longueur d’année !