Commercer avec le monde

maximiser les niveaux d'eau

Mais comment une ligne maritime dont le navire quitte l’Europe peut-elle savoir quelle profondeur il y aura dans le chenal 7 ou 8 jours plus tard ?

Environnement Canada, le Service hydrographique du Canada et la Garde côtière canadienne diffusent chaque jour des projections sur les niveaux d’eau pour les semaines à venir. Plus la date de départ du navire approche, plus l’information est précise, et plus la ligne maritime est en mesure de déterminer, par exemple, le nombre de conteneurs qu’elle pourra transporter.

Cette façon de calculer existe depuis de très nombreuses années. Mais, grâce à la navigation électronique et à une meilleure connaissance du lit du fleuve, on est en mesure aujourd’hui d’être encore plus précis dans les calculs et, par conséquent, de maximiser davantage la profondeur du fleuve et donc, le chargement des navires.

Autre avancée importante : le changement dans l’architecture navale. Le standard « Panamax », qui prévaut généralement aujourd’hui en ce qui concerne la largeur des navires, fait référence à la largeur des écluses du canal de Panamá, qui font 33,53 mètres de large.

Un navire « Panamax » a une largeur maximum de 32 mètres; les navires dont la largeur excède 32 mètres sont connus sous l’appellation « post-Panamax ».

Les travaux d’élargissement du canal de Panama l’ont doté de nouvelles écluses larges de 55 mètres qui peuvent accommoder des navires plus larges. Ces nouvelles écluses sont opérationnelles depuis juin 2016. Capitalisant sur le principe que plus un navire est large, plus il peut transporter de marchandises en gardant le même tirant d’eau, les chantiers navals ont produit une génération de navires adaptés à la largeur des nouvelles écluses.

Transposé à la réalité du fleuve Saint-Laurent, cela signifie qu’un navire d’une longueur similaire aux navires Panamax de 4 200 conteneurs qui remontent le chenal de navigation aujourd’hui, mais qui aurait une largeur de 42,5 mètres au lieu de 32 mètres, pourrait transporter 5 800 conteneurs, soit approximativement 16 000 tonnes de plus, avec un tirant d’eau équivalent. Une autre façon de voir les choses est de dire que l’effet d’élargissement du navire sur sa capacité de transport est comparable à l’ajout de 2,1 mètres de tirant d’eau. L’utilisation de tels navires sur le fleuve permettrait d’augmenter le volume de marchandises transportées pour répondre à la demande du marché, mais également de contrecarrer une éventuelle baisse des niveaux d’eau due au réchauffement climatique.