Commercer avec le monde

Simon Lebrun, pilote et créateur d’événements

Le Défi canot à glace Bota Bota Montréal, c’est lui. La Vitrine maritime, cette magnifique exposition de photos maritimes sur la rue de la Commune, c’est encore lui. Les trois éditions du Festival du bateau classique, c’est toujours lui. Et si, avec un peu de chance, le Musée maritime de Montréal voit le jour, ça sera aussi lui.


 

Simon Lebrun, pilote du Saint-Laurent, ne tient pas en place. C’est plus fort que tout, ce désir de partager ses découvertes, sa passion pour le monde maritime. Lorsqu’il ne travaille pas à guider un navire sur le secteur Montréal-Trois-Rivières, cet hyperactif planche sur l’un de ses nombreux projets. Son objectif : mettre en valeur notre patrimoine maritime, intégrer Montréal au circuit des villes maritimes qui offrent des attractions touristiques. « Je suis allé dans les plus belles cités portuaires du monde : Barcelone, Venise, Miami… Elles ont toutes développé des événements sur l’eau, elles possèdent leur musée maritime, elles mettent en valeur leur caractère portuaire. Montréal peut en faire autant ! Son potentiel est énorme », dit-il.

Héritage Maritime Canada

Pour chapeauter ses projets, en 2009, il a créé un organisme sans but lucratif, Héritage Maritime Canada. Le Festival du bateau classique, qui réunissait dans le Vieux-Port près d’une centaine de navires anciens, a eu du succès, mais il a cessé d’exister en 2011 faute de financement. Par contre, le Défi canot à glace Bota Bota Montréal est bien vivant ! La dernière édition, en février dernier, a suscité énormément d’intérêt : 36 équipes de 5 canoteurs, encouragées par quelque 6 000 spectateurs, ont participé à la course sur le fleuve à travers les glaces.


Simon Lebrun, pilote...

Le Port de Montréal est commanditaire de l’événement, tout comme Bota Bota, ce spa sur l’eau aménagé dans l’ancien traversier Arthur-Cantin et amarré dans le Vieux-Port. « Geneviève Émond, la propriétaire, et l’équipe du Bota Bota tripent sur l’eau autant que moi ! », dit Simon en souriant.

La prochaine saison

L’été prochain, sur la promenade qui longe la rue de la Commune, au pied de la rue King, la Vitrine maritime continuera d’offrir aux visiteurs une exposition de photos grand format sur les mondes maritime et aquatique.


... et créateur d'événements.

Chaque projet exige un nombre incalculable d’heures de travail. « Ma récompense, ma satisfaction, c’est, par exemple, de voir des gens s’arrêter, admirer les photos et lire les explicatons. Je sens alors que je contribue à faire naître un intérêt pour le monde maritime », dit Simon Lebrun.


 

L’accès au fleuve

« On dirait que les gens ne le réalisent pas, mais nous avons déjà un bel accès au fleuve », affirme Simon Lebrun. À titre d’exemple, il cite les 14 km du canal de Lachine, le Vieux-Port, les îles de Boucherville, les rives du côté de Longueuil...

Dans ses temps libres, le pilote conduit son petit bateau amarré au quai de l’Horloge. L’été, il jette l’ancre à la hauteur de Pointe-aux-Trembles et il pique une tête dans le fleuve : « L’eau est belle. Nous sommes parfois une centaine de petites embarcations et tout le monde se baigne ! »