Commercer avec le monde

BALISE

Sur le chantier du futur terminal Viau


Hugo Brassard sur le chantier Viau

Hugo Brassard est content. Son chantier avance bien, grâce aux bons soins de quelque 200 travailleurs, tous corps de métier confondus. Cet ingénieur du Port de Montréal chargé du projet nous fait visiter le vaste territoire qui est en train de se métamorphoser en un terminal à conteneurs.

Situé entre les rues Pie IX et Viau, et entre le fleuve et la rue Notre-Dame, le futur terminal Viau, une fois aménagé, pourra abriter 600 000 conteneurs EVP (équivalent vingt pieds), ce qui portera la capacité de manutention totale du port à 2,1 millions de conteneurs EVP.

Le terminal offrira un quai de 300 mètres, soit la longueur nécessaire pour recevoir des porte-conteneurs post-Panamax, qui peuvent transporter 6 000 conteneurs EVP. Deux grues serviront à charger et à décharger ces navires. Plus grandes que toutes les autres grues du port, elles sont déjà arrivées sur le terrain, où elles attendent d’être installées.


On construit le rail sur lequel les grues seront installées.

Lors de notre visite, le 13 juillet dernier, on était à bâtir le rail de 330 mètres qui court le long du quai et qui permettra de déplacer les grues de façon à les ajuster au navire amarré au poste à quai. Ainsi, lorsque le déchargement des conteneurs situés à l’avant du navire est terminé, les grues se déplacent sur le rail, parallèlement au quai, pour s’arrêter devant les conteneurs situés au milieu, puis à l’arrière du bateau.

Dans quelques jours, on installera les grues sur leur rail. Puis, on procèdera au raccordement électrique. Elles seront prêtes à fonctionner en octobre.

Les grues sont très hautes et elles ont des pattes très longues et très espacées, ce qui les fait ressembler à des girafes. Entre leurs pattes, on fera passer un chemin de fer qui sera emprunté par les trains qui se dirigent au terminal céréalier Viterra, le voisin situé à l’est du futur terminal Viau.

Au départ, les grues devaient être rouges, comme les autres grues de l’opérateur de terminaux Termont, qui opérera le nouveau terminal Viau. Mais à la demande des citoyens, elles seront plutôt d’un gris neutre qui se fond mieux dans le paysage.


On procède au compactage dynamique.

Parallèlement à ces travaux, on procède au compactage du sol. Ainsi, pour éviter qu’il ne s’affaisse sous le poids énorme de centaines de milliers de conteneurs pleins, on compacte le sol en faisant tomber une masse qui l’écrase, puis en remplissant les trous ainsi faits avec un sol récupéré auquel on mêle du ciment et certains adjuvants.


Le nouveau terminal sera opérationnel à la fin d'octobre 2016.

Les travaux, qui ont débuté en juin 2015, seront terminés à la fin d’octobre 2016. Le Port de Montréal a confié la maîtrise d’œuvre au Groupe Conseil Génipur, qui travaille avec son sous-traitant IGF axiom. Ce projet a été rendu possible grâce à des investissements majeurs d’Infrastructure Canada, de l’Administration portuaire de Montréal (APM) et de l’opérateur de terminal Termont.