Commercer avec le monde

VOISINS DU PORT

En bref


 

Vélopousse : bilan 2014

Pour une troisième année, Vélopousse a fait découvrir le quartier Hochelaga-Maisonneuve à 1 006 personnes, qui ont été des passagers à bord des triporteurs rouges. La plupart étaient des Canadiens, mais certains de ces visiteurs provenaient des États-Unis, d’Europe, d’Asie, d’Amérique latine, et même d’Afrique et d’Océanie.

Vélotour est un projet collectif initié par le Carrefour jeunesse-emploi Hochelaga-Maisonneuve, un service de la Corporation de développement de l’Est (CDEST) dont les activités ont débuté à l’été 2012. Son objectif principal est d’offrir à des jeunes de 20 à 30 ans de mettre leur énergie et leurs compétences au service de leur quartier par l’intermédiaire d’un emploi stimulant. Le Port de Montréal est un fier partenaire de Vélopousse. Sa contribution a pris la forme d’une subvention pour la construction des kiosques et pour une formation ou une visite sur l’histoire du Port de Montréal.

 


 

Portes ouvertes à Contrecœur

Le soir du 1er décembre dernier, le Centre multifonctionnel résonnait des discussions des citoyens de Contrecœur et de Verchères : ils étaient près de 200 à avoir répondu à l’invitation du Port de Montréal. Le sujet à l’ordre du jour de ces portes ouvertes : le projet de développement d’un terminal à conteneurs sur les terrains du Port de Montréal à Contrecœur.

Le grand responsable du projet, Daniel Dagenais, vice-président aux opérations du Port de Montréal, était présent pour expliquer les tenants et les aboutissants de ce développement portuaire, et aussi pour répondre aux questions des gens. Il était entouré de membres de son équipe, dont Claude Deschambault, directeur de l’environnement, Claude Beaubien, chef de l’ingénierie, et Sophie Roux, directrice des communications.

Les participants, intéressés, voulaient tout savoir. Ils ont posé des questions sur les enjeux environnementaux, la circulation des camions et des trains ainsi que sur la création d’emplois pour la région. On estime que le projet créera 470 emplois par année pendant les travaux, puis jusqu’à 1 000 emplois quand le terminal sera en exploitation. Dans la foule, on remarquait des visages connus de la politique municipale, notamment la mairesse de Contrecœur, Suzanne Dansereau, ainsi que plusieurs conseillers. Dans l’ensemble, le projet a été bien reçu.

On prévoit que la réalisation du terminal à conteneurs, amorcée il y a quatre ans, se poursuivra pendant une dizaine d’années. Elle en est encore à l’étape de la planification. Le début des travaux proprement dits dépendra de plusieurs facteurs, comme la poursuite de la croissance du trafic de conteneurs, les retombées concrètes du nouvel accord commercial du Canada avec l’Union européenne et la réalisation du financement du projet.

Ces portes ouvertes du 1er décembre avaient été précédées de rencontres avec près d’une quarantaine d’intervenants municipaux, environnementaux, gouvernementaux et du transport, en accord avec la volonté du Port de Montréal de réaliser ce projet avec les gens de la région, dans un esprit d’ouverture, de communication et de transparence.

Prochaine étape : l’équipe du Port compilera les informations recueillies pendant ce processus de préconsultation, ce qui lui permettra de compléter un document intitulé « Description de projet » qu’il présentera à l’Agence canadienne d’évaluation environnementale.
Pour consulter le schéma du processus d’évaluation

 


 

Projet d’une nouvelle gare maritime

L’automne 2014 a décidément été la saison des portes ouvertes, au Port de Montréal! Les 4, 5 et 6 décembre dernier, les résidents du Vieux-Port étaient conviés à une rencontre à la gare maritime Iberville pour prendre connaissance d’un projet de restauration de gare mis de l’avant par le Port, en guise de contribution pour souligner le 375e anniversaire de la Ville de Montréal.

Chaque année, un nombre croissant de croisiéristes débarquent à Montréal et se promènent dans les rues du Vieux-Port et du centre-ville, conquis par les quartiers très « vieille Europe » de la ville et par son allure métropolitaine enrobée de culture francophone.

Or, la gare maritime Iberville, inaugurée en 1967 pour l’exposition universelle Terre des Hommes, bien qu’entretenue régulièrement, a aujourd’hui besoin d’un bon coup de rajeunissement.

Le projet proposé par le Port de Montréal vise deux objectifs : 1. Doter Montréal d’une gare maritime de classe mondiale et 2. Provoquer un rapprochement entre les Montréalais et le fleuve.

Ainsi, la jetée Alexandra sera abaissée et des terrasses en palier guideront le visiteur tout près du niveau de l’eau. De plus, une tour d’observation offrira à la population et aux touristes une vue inédite sur le fleuve, sur les installations du Vieux-Port et sur les activités portuaires voisines. Par ailleurs, la gare sera coiffée d’un toit vert.

La réalisation de ce projet de 78 M$ dépend assurément de l’achèvement de son montage financier. Déjà, la Ville de Montréal a annoncé sa contribution de 15 M$ et l’APM continue de travailler à cet aspect du projet.

Pour consulter les documents de présentation du projet