Commercer avec le monde

Le Vacancier, fidèle visiteur du vendredi

Un bon vendredi matin, on aperçoit, au bassin Bickerdike, le CTMA Vacancier, seul navire de croisière à se rendre aux Îles-de-la-Madeleine. Voilà. On se dit que la belle saison est vraiment arrivée.


Depuis plus de dix ans, je juin à la fin septembre, le CTMA Vacancier est fidèle
à son rendez-vous hebdomadaire à la jetée Bickerdike.

 

Le vendredi est une grosse journée pour Stéphane Gaudet. Le premier commissaire de bord du CTMA Vacancier vient de dire au revoir à quelques centaines de croisiéristes, à la jetée Bickerdike, dans le port de Montréal. Son équipe n’a que quelques heures pour faire reluire le navire avant l’arrivée du prochain groupe de voyageurs en partance pour les Îles-de-la-Madeleine. À bord, tout le monde s’affaire : on refait les cabines, on remet de l’ordre, on nettoie.

Sur le quai, un camion-citerne est branché au réservoir de carburant du navire, tandis que le nettoyeur récupère le linge à laver – dont la literie de plus de 500 lits – qu’il rapportera quelques heures plus tard. D’autres camions de livraison déchargent les fournitures et les provisions nécessaires à la traversée jusqu’aux Îles. On sert tout de même 1 500 repas par jour, à bord !

Depuis plus de 10 ans, de juin à la fin septembre, le CTMA Vacancier est fidèle à son rendez-vous hebdomadaire à la jetée Bickerdike. Arrivé à 7 h le matin, il repart à 15 h. Il peut accommoder jusqu’à 450 passagers, qu’il mènera aux Îles-de-la-Madeleine et les en ramènera, avec une escale en Gaspésie et à Québec au retour. Pendant le séjour de trois jours aux Îles, les voyageurs continuent de loger sur le navire.


"Cette croisière, c'est une vraie thérapie", dit Stéphane Gaudet,
le premier commissaire de bord du CTMA Vacancier
.

« Cette croisière, c’est une vraie thérapie ! » dit Stéphane Gaudet, en faisant rire ses yeux bleu marine de Madelinot. « Nos visiteurs nous arrivent directement du trafic, du stress de la ville. Quand nous les ramenons, le vendredi suivant, ce ne sont plus les mêmes. Ils ont du vent dans les yeux. » Poétique, en plus, le beau commissaire !

Chaque année, les mêmes commentaires reviennent : les passagers apprécient particulièrement la qualité de la nourriture, la cordialité de l’équipage, l’animation et le paysage  incomparable. « Même moi, après 18 ans de navigation, je ne me tanne pas d’admirer les côtes du Québec », dit le commissaire.

Dès qu’ils mettent le pied sur le pont, les croisiéristes se retrouvent pour ainsi dire aux Îles. La vie sur le navire bat au rythme de l’heure des Îles (une heure plus tard que sur le continent), et la centaine de Madelinots qui forment l’équipage vous interpellent avec l’accent du pays, à commencer par le capitaine Langford, natif de Havre-aux-Maisons. « En fait, sur le navire, ça n’est plus nous qui avons un accent, mais les passagers », dit Stéphane Gaudet à la rigolade. 

Un navire à tout faire

Les croisiéristes occupent trois ponts du navire, où l’on retrouve, en plus des cabines, deux salles à manger, un cinéma, un salon de soins, un jardin d’enfants, un gymnase, une boutique et deux salons-bars, dont l’un accueille les spectacles et les conférences.

Tout en bas, la cale peut contenir jusqu’à 20 longs camions qui transportent de la marchandise, car les îles doivent importer du continent pratiquement tous les produits de consommation et de construction.


Sur le quai, un camion-citerne est branché au réservoir de
carburant du navire. D'autres camions de livraison déchargent
les fournitures et les provisions nécessaires à la traversée
jusqu'aux Îles.

La saison des croisières terminée, le CTMA Vacancier ne chôme pas. Du 1er février au 30 mars, ce solide brise-glace doté d’un puissant moteur assurera la navette entre Souris, sur l’Île-du-Prince-Édouard, et les Îles-de-la-Madeleine, trois fois par semaine.

On le voit, le transport des personnes et des marchandises est une question de premier ordre, pour les quelque 14 230 Madelinots isolés sur leur archipel au milieu du golfe du Saint-Laurent, à mi-chemin entre l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve. Les 450 employés de la CTMA ont fort à faire. En plus de quatre navires – le CTMA Vacancier, le CTMA Traversier, le CTMA Voyageur et le Ivan Quinn –, la coopérative madelinienne possède une centaine de remorques qui parcourent les routes de l’est de l’Amérique du Nord, pour assurer à la fois l’approvisionnement sur l’archipel et l’exportation des produits de la mer. La CTMA gère le cargo à partir de ses entrepôts, à Montréal, à Québec, à Moncton et aux Îles. La coopérative a pour mission d’assurer le transport des personnes et des marchandises tout en favorisant l’essor social, économique et touristique des Îles-de-la-Madeleine.

La saison des croisières est terminée et le bassin Bickerdike semble bien vide, le vendredi matin. Le CTMA Vacancier nous reviendra en juin prochain, pour assurer le lien hebdomadaire vers la contrée la plus exotique du Québec.

Pedigree du CTMA Vacancier

Tonnage : 12 000 tonnes
Longueur : 126 mètres
Largeur : 22 mètres
Nombre de cabines : 220
Capacité : 450 passagers
Nombre de ponts : 8
Ponts passagers : 3