Commercer avec le monde

CHIFFRES EN MAIN


 

Rapport de l'onu sur le transport maritime

La plus récente étude annuelle (2012) sur les transports maritimes de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) dessine les tendances de l’industrie. Nous vous présentons quelques-uns des résultats du rapport.
Le trafic maritime mondial a atteint 8,7 milliards de tonnes en 2011, une progression de 4 % par rapport à l’année précédente. La croissance est principalement due au trafic conteneurisé et au vrac solide.

  • On estime qu’en 2011, le trafic des ports à conteneurs à l’échelle mondiale a augmenté de 5,9 %, pour atteindre 572,8 millions d’équivalents vingt pieds (EVP), un record absolu. Les ports de la Chine s’approprient 24,2 % du trafic total des ports à conteneurs.
  • Au cours des quatre dernières années, la capacité de la flotte mondiale a progressé plus rapidement que le trafic maritime, soit de 37 % en quatre ans. Cela représentait, en janvier 2012, 1,5 milliard de tonnes de port en lourd (TPL : c’est le chargement maximum qu’un navire peut transporter). La Chine, le Japon et la Corée du Sud ont, à eux trois, construit plus de 93 % des navires livrés en 2011.
  • La capacité de la flotte mondiale augmentant plus rapidement que le trafic maritime, un déséquilibre se crée entre l’offre et la demande. Le fait que l’offre croît plus vite que la demande a pour conséquence de faire baisser les taux de fret, c’est-à-dire ce qu’il en coûte pour expédier des marchandises. En 2011 et au début 2012, les taux de fret se sont souvent établis à des niveaux qui n’étaient pas rentables pour les armateurs, toujours selon l’étude de la CNUCED.
  • La tendance qui se dégage est la mise en service de plus grands navires par un nombre plus restreint de compagnies. Ainsi, entre 2011 et 2012, le nombre de compagnies assurant des services par pays a diminué de 4,5 %, tandis que le tonnage moyen des plus grands porte-conteneurs a augmenté de 11,5 %.


Consulter le rapport (PDF)