Commercer avec le monde

À LA UNE

 

LE Bureau d'information maritime (BIM) :
La référence en information sur le transport maritime

Depuis le 10 juin dernier, un guichet unique répond aux demandes d’information de tous ceux qui s’intéressent aux activités de l’industrie québécoise du transport maritime. C’est le Bureau d’information maritime, ou, plus simplement, le BIM.


 

Combien de porte-conteneurs empruntent annuellement le chenal du fleuve Saint-Laurent ? Comment le transport maritime contribue-t-il à l’économie du  Québec ? Quel est, au juste, le rôle des pilotes maritimes ? Le nouveau Bureau d’information maritime (BIM) a réponse à toutes ces questions, et plus encore.

Créé par la Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes), le BIM est le fruit d’un travail titanesque de recensement d’information sur l’industrie maritime au Québec, et de son regroupement dans un endroit unique et facilement accessible. Depuis son lancement, le 10 juin dernier, le BIM ouvre sa porte à tout le monde ! Aussi bien aux journalistes qu’aux élus et à la population.


Nicole Trépanier, présidente de la SODES

« Trois semaines après le lancement officiel,  nous avions déjà reçu une dizaine de demandes d’information! » déclare Ariane Charette, la responsable du BIM.

Dans l’industrie, le besoin était grand de se doter d’un pareil outil d’information. Nicole Trépanier, présidente de la Sodes, explique : « Dans notre secteur, il y a une foule d’organismes, alors, sur le plan du message, c’était un peu éclaté. Puis, si les gens trouvent que le transport maritime est bon pour l’environnement, en revanche, ils ne savent pas bien comment fonctionne le transport des marchandises. » Une perception confirmée par un sondage Léger mené l’an dernier auprès de la population du Québec, à la demande de la Sodes.

Il est vrai que, pour des raisons évidentes de sécurité, les territoires portuaires sont fermés et inaccessibles aux citoyens, d’où la nature méconnue de leurs opérations. Autrefois, à l’époque du cabotage, le port était un point de rassemblement. Mais les temps ont changé. « On a omis de parler à la population. Par tradition, nous étions une industrie fermée », dit Nicole Trépanier.

L’automne dernier, le Sodes a décidé de changer tout ça, avec une campagne de notoriété portée par le slogan « Livré par navire, Merci, mon fleuve ! ». La création du BIM fait partie de cette stratégie pour mieux faire connaitre  l’industrie maritime.


 

La création du BIM a été menée avec l’aide de l’agence-conseil en communications Tact Intelligence-conseil. François Ducharme, associé fondateur et directeur général du bureau de Québec, a été impliqué directement dans ce projet : « On doit développer le réflexe de dialoguer avec la communauté, avec les parties prenantes. Quand un événement se produit, les journalistes veulent parler à du monde ! Si l’industrie maritime n’a personne pour la représenter, on court le risque que se cristallisent des informations fausses, des demi-vérités. C’est ainsi que les médias se sont mis à parler des superpétroliers sur le fleuve Saint-Laurent, alors qu’on sait très bien qu’il n’y en a pas, puisqu’ils sont trop gros pour emprunter le chenal du fleuve ! »

Il fallait un organisme de référence qui s’assure qu’il y a toujours quelqu’un pour répondre aux questions des médias et pour les référer au besoin à des spécialistes sérieux et crédibles.

« Il faut aussi parler aux citoyens, aux municipalités riveraines du fleuve Saint-Laurent qui sont inquiètes, qui posent des questions sur le passage des navires marchands. Quelqu’un doit leur répondre, les rassurer, expliquer les faits et leur démontrer que les acteurs du transport maritime prennent leurs responsabilités », dit François Ducharme.


Ariane Charette, chargée des communications
et responsable du BIM

D’où la création du BIM, pour remettre les pendules à l’heure. Ce dernier offre une information neutre sur l’industrie du transport maritime. Il ne prend pas position, pas plus qu’il ne se fait le porte-parole d’un partenaire du secteur. « Si quelqu’un cherche une information qui touche particulièrement le Port de Montréal, par exemple, je le réfère à un représentant du Port », explique Ariane Charette.

Sur le site du BIM, l’information est présentée selon les thèmes les plus fréquemment demandés par les médias : l’économie, l’environnement, la sécurité maritime, la prévention et intervention, ainsi que les technologies. On y retrouve une information bien vulgarisée et bien résumée, sans être simpliste. Les textes sont accompagnés de données chiffrées et de graphiques. De plus, le BIM détient une banque de spécialistes de l’industrie maritime, à qui il se fait un plaisir de référer les demandeurs d’information.

Et pour assurer une présence vivante, le BIM diffuse quotidiennement une capsule d’information dans les médias sociaux.

POUR TOUTE QUESTION SUR L'INDUSTRIE MARITIME AU QUÉBEC, contactez le BIM :

1 581-996-5823

bureaumaritime@st-laurent.org

Visitez son site : www.st-laurent.org/bim/

Twitter : @BIM_qc