Commercer avec le monde

En bref

Nouveau navire chez Oceanex

Le plus gros porte-conteneurs roulier canadien a été mis à l’eau le vendredi 31 mai dernier à Flensburg, en Allemagne. Un roulier, c’est un navire que l’on charge à l’aide de rampes d’accès, plutôt qu’avec des grues. L’Oceanex Connaigra, un navire de 210 mètres de long, a été conçu pour transporter des conteneurs de 20 à 53 pieds, ainsi que des camions, remorques, automobiles et du cargo surdimensionné. Il viendra enrichir la flotte d’Oceanex, le transporteur maritime terre-neuvien qui dessert le Mexique, les États-Unis, le Canada et l’île de Terre-Neuve. Dans le port de Montréal, Oceanex a ses habitudes au terminal Bickerdike, dans le bassin Pointe-du-Moulin.
Lire le communiqué de presse

Situer le bassin Pointe-du-Moulin sur la carte du Port


Le Baie St. Paul, vraquier de l’année

Le premier de quatre laquiers de la classe Trillium du transporteur maritime montréalais CSL a été couronné « Meilleur vraquier de l’année » par l’International Bulk Journal. Il est le navire autodéchargeur le plus perfectionné à sillonner les eaux de la voie maritime des Grands Lacs et du Saint-Laurent.
Lire le communiqué




Le Port de Montréal présent en Allemagne

Le Port de Montréal s’affiche maintenant en première ligne lorsqu’un Allemand, en Allemagne, consulte Internet en allemand pour trouver un port en Amérique du Nord. L’internaute se retrouve rapidement sur un site écrit entièrement en allemand qui le renseigne sur les services offerts par le Port de Montréal.
Visiter le site allemand

 

 


Croisières à Montréal : nouveau microsite


 

Un nouveau site Internet rassemble toutes les informations utiles aux croisiéristes et aux amateurs de navires qui veulent tout savoir sur les bateaux de croisière remontant le fleuve Saint-Laurent jusqu'à la métropole. Ce microsite est une réalisation du Comité Croisères Montréal, dont est membre le Port de Montréal.
Visiter le site
 

 
 

 

 

Bon bulletin à l’Alliance verte

Cette année encore, le Port de Montréal obtient une très bonne évaluation de l’Alliance verte, dans son rapport de performance environnementale 2012. Ce rapport a été rendu public lors de la conférence annuelle GreenTech 2013, qui s’est déroulée à Vancouver, du 29 au 31 mai dernier. Carole Nuttall, conseillère en développement durable au Port de Montréal, y a prononcé une conférence sur la géomatique et la gestion environnementale au Port de Montréal.
Consulter le rapport de l’Alliance verte
 

Trois élus au Port

Cette année encore, le Port de Montréal obtient une très bonne évaluation de l’Alliance verte, dans son rapport de performance environnementale 2012. Ce rapport a été rendu public lors de la conférence annuelle GreenTech 2013, qui s’est déroulée à Vancouver, du 29 au 31 mai dernier. Carole Nuttall, conseillère en développement durable au Port de Montréal, y a prononcé une conférence sur la géomatique et la gestion environnementale au Port de Montréal.
Consulter le rapport de l’Alliance verte :
Robert Sauvé, directeur, Gestion des infrastructures du Port, a été élu membre du conseil d’administration de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Pour sa part, Tony Boemi, vice-président, Croissance et développement, a été élu membre du conseil d’administration de la Chambre de commerce maritime. Enfin, Réal Couture, vice-président, Finances, est membre du conseil d’administration de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal. Félicitations !

 


 

Parole de marin : "en vrac"

« J’achète toujours mes noix en vrac, car je peux les choisir. En plus, je les paie moins cher et j’évite le suremballage. »


Sucre en vrac transbordé chez sucre Lantic, à la jetée Sutherland,
dans le Port de Montréal

L’expression "en vrac" provient du mot néerlandais wrac et on l’entendait fréquemment dans les ports dès le 15e siècle. Le wrac était un poisson de qualité inférieure, voire douteuse. Au 18e siècle, on se mit à utiliser le mot vrac en parlant des poissons mis dans des barils, sans y être rangés par lits. Ça n’est que vers le milieu du 19e siècle que le terme « en vrac » s’est mis à désigner des marchandises exposées ou transportées sans emballage, sans conditionnement particulier. Dans le commerce de détail, les produits en vrac sont généralement vendus au poids ou au volume.

Dans le transport maritime, le terme réfère aux produits transportés directement dans la cale du navire ou dans les aménagements prévus à cet effet. On distinguera les vracs solides, le sable et le sucre, par exemple, des vracs liquides, comme les produits pétroliers, les vins, huiles et mélasse. Les vracs solides sont transportés dans des vraquiers, tandis que les vracs liquides sont transportés dans des navires citernes.

Au figuré, en vrac peut signifier en désordre, pêle-mêle. Ainsi, on peut livrer ses commentaires en vrac. En France, des familles portent le nom de Vrac, surtout en Normandie et dans l’est du pays. On croit que ce nom est issu du terme vracage, qui signifiait, en ancien français, un droit sur les épaves et sur les objets perdus. On a pu attribuer ce nom au percepteur de cet impôt ou encore aux pilleurs d’épaves.

Sources : Antidote, Centre national de ressources textuelles et lexicales, Wikipédia
 


 

AVIS aux Amis du port chasseurs d’image

Le fleuve Saint-Laurent, le port de Montréal, les navires inspirent depuis toujours les artistes visuels et les photographes en particulier. Nous recevons régulièrement de très belles photos que les Amis du port désirent partager avec nous.

Cet espace est donc dédié à vos photos. Nous en choisirons quelques-unes que nous publierons à chaque édition du Carnet de bord. À vos appareils !

Faites-nous parvenir vos photos :
carnetdebord@port-montreal.com
 


 

La Question

Pourquoi, à l’est du pont Jacques-Cartier, les quais sont-ils construits à angle ?
 


 

Les quais sont construits à angle pour protéger les navires du courant Sainte-Marie, causé par le rétrécissement du fleuve à cet endroit. C’est un courant particulièrement fort et qui peut devenir dangereux pour la navigation par gros temps.

Les quais construits de biais forment une arête qui repousse le courant vers le large, créant une zone d’eau calme propice à l’amarrage sécuritaire des navires.

Ce courant est connu depuis longtemps. Il a même inspiré son nom à l’édifice patrimonial au Pied-du-Courant, ancienne prison qui abrite aujourd’hui le siège social de la Société des alcools du Québec. Il a aussi donné son nom au quartier qui fait face au fleuve à cet endroit, entre les rues Papineau et Bercy : le faubourg Sainte-Marie, que certains connaissent sous le surnom de « faubourg à m’lasse » à cause des tonneaux de mélasse qu’on y déchargeait sur les quais.

 

.