Commercer avec le monde

Nouvelles maritimes

2013 : l'année post-panamax

Le 6 décembre dernier, le Port de Montréal accueillait le plus grand pétrolier à n’avoir jamais franchi ses eaux : le MT Overseas Portland, un Aframax transportant 475 000 barils de pétrole brut, en provenance de St-James, en Louisiane, États-Unis.


Le NS Leader, un pétrolier de 44 mètres de large, a visité le Port de Montréal en août dernier. 

Le pétrole brut a été livré à la raffinerie Suncor, située dans l’est de Montréal. « Un navire plus grand, capable de transporter un tonnage plus élevé, représente un levier économique intéressant pour nous », dit Jean Côté, vice-président de la raffinerie.

La visite de l’Overseas Portland à Montréal a été possible grâce à la décision de la Garde côtière d’autoriser, depuis mai 2013, la venue de navires d’une largeur maximale de 44 m dans le tronçon Québec – Montréal de la voie navigable du Saint-Laurent. Auparavant, la largeur autorisée était de 32,1 m sans restrictions.

Concrètement, les nouvelles dispositions donnent la possibilité à tous les navires post-Panamax, dont les porte-conteneurs de 6 000 EVP (équivalent vingt pieds), de rallier le port de Montréal. À ce jour, le port a reçu la visite de sept pétroliers de type post-Panamax, dont quatre Aframax.

Une étude commandée par l’Administration portuaire de Montréal (APM) et menée conjointement avec Transports Canada, la Garde côtière canadienne, l’Administration de pilotage des Laurentides et la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central a permis de certifier que tous les critères étaient respectés pour permettre la navigation sécuritaire des navires de type post-Panamax jusqu’au Port de Montréal.