Commercer avec le monde

Agrandissement - Terminal portuaire de Contrecoeur

Mise en contexte

Entre 1988 et 1992, le Port de Montréal a acquis 468 hectares de terrain, 4 km de berges et un terminal en fonction depuis les années 1950 à Contrecœur. L’Administration portuaire de Montréal (APM) planifie actuellement le développement d’un terminal à conteneurs dans ce secteur. Il s’agit d’un emplacement stratégique puisqu’ :

  • il a une géométrie favorable à l’opération d’un terminal à conteneurs
  • il est adossé à un réseau ferroviaire
  • il est situé à proximité des axes routiers majeurs : autoroute 30, route 132
  • il a de l’espace pour le développement industriel et logistique disponible dans le secteur
  • il a de la flexibilité pour répondre aux besoins à long terme

Ce projet permettra, à terme, de manutentionner 1,15 M de conteneurs EVP (équivalent vingt pieds).

Depuis quelques années, l’APM a entrepris des démarches afin d’obtenir les permis nécessaires à la mise en place de ce projet de terminal à conteneurs à Contrecœur. L’obtention de ces permis devra être jumelée à d’autres facteurs de succès pour que ce terminal soit mis en service au cours de la prochaine décennie : poursuite de la croissance du marché des conteneurs, retombées positives de l’Accord économique entre le Canada et l’Union européenne, partenaire(s) financier(s), etc.

Dans l’objectif de favoriser l’intégration de ce projet dans la communauté, l’APM a entrepris en 2014 un exercice de préconsultation de l’ensemble des parties prenantes, incluant ses partenaires d’affaires, les intervenants gouvernementaux concernés, les communautés locales et les groupes d’intérêt.

État de l’avancement du projet

Décembre 2016 - Après avoir déposé la description de son projet d’agrandissement à Contrecœur à l’Agence canadienne d’évaluation environnementale en décembre 2015, l’APM s’affaire à terminer plusieurs études sectorielles qui viendront bonifier son étude d’impact environnemental, dont le dépôt à l’Agence est prévu au printemps 2017. De plus, dans le cadre de ce processus, elle consulte actuellement plusieurs parties prenantes concernées par ce projet.

Le projet à l’Agence canadienne d’évaluation environnementale.

Carte du projet

Questions & réponses